Newsletter n. 3/22 – Saül et David

La Bible contient des centaines d’histoires significatives en soi et des archétypes et métaphores d’autres histoires de vie vécues à des époques et des lieux différents et lointains. L’une d’entre elles et qui m’implique profondément est celle de Saül et David, racontée dans les deux livres de Samuel (1 et 2) de manière assez détaillée. Je le résume. Saul a été élu et oint (consacré) roi d’Israël contre la volonté de Samuel mais recherché par tout le peuple, car il était un modèle de héros et de guerrier. Pour l’Israël théologique c’est le passage de Yahvé qui guide et sauve Israël à travers les Juges (Gédéon, Déborah, Samson, etc.) à un roi humain – même s’il est consacré – politiquement centralisateur et fort, qui guide le peuple comme tous les autres peuples l’ont fait. Politiquement, c’est la transition d’un Israël tribal et étatique. Au début, Saül va de victoire en victoire, élargit les frontières d’Israël, l’organise en un État unitaire, le guide dans les guerres qui éclatent chaque année. C’est un leader charismatique et victorieux. Mais ensuite, se sentant de plus en plus fort et indépendant, il commence à ne plus suivre les commandements que Dieu lui donne à travers le prophète Samuel. Sa désobéissance se renforce. Au final, malgré la victoire contre les idolâtres Ammonites et contre leur roi Agag, il désobéit gravement en ne les passant pas par les armes. A cette époque ce péché, en Israël, peuple du Dieu unique, était très grave: il attirait les Israélites à l’idolâtrie en abandonnant le Dieu unique. Désobéissant, Saül se met à la place de Dieu, ce qui n’était absolument pas permis. Samuel le déclare tombé. Il continue de régner, mais désormais lui et sa famille ont perdu leur héritage terrestre et messianique: le Messie ne serait pas issu de sa lignée. Samuel part à la recherche d’un nouveau roi et le trouve dans le dernier fils de Jessé, fauve et beau, mais très jeune: il s’agit de David. David se fait connaître de Saül et de tout le peuple d’Israël, tuant Goliath d’une seule pierre et d’une fronde. Il entre ainsi à la cour du roi Saül et en grandissant il devient un vaillant soldat puis chef de groupes armés. Mais chez Saül se déclenche la jalousie, vice terrible qui devient aussi maladie, jusqu’à la tentative de tuer David. Celui-ci s’enfuit du tribunal et se cache avec d’autres soldats qui lui sont fidèles. Saül sait très bien que tant que David est en vie, il risque de perdre son royaume, alors il le poursuit. Deux fois David a la possibilité de tuer Saül, mais, même contre l’avis de ses hommes, il ne le fait pas; seulement, il le signale au roi Saül et à toute son armée. David et ses soldats deviennent une sorte de mercenaires attendant que Saül change d’avis. Finalement, Saul est de plus en plus seul. Juste avant la dernière bataille, il se rend secrètement chez la sorcière d’Endor et lui fait invoquer l’esprit de Samuel pour lui demander quoi faire: Samuel, après de dures plaintes, ne peut que prédire sa prochaine fin.

Dans les écrits de Maria Valtorta, il n’y a pas de commentaires explicites sur cette histoire, cependant dans l’Évangile, en parlant avec diverses personnes – apôtres, disciples, amis et ennemis – il y a quelques mots d’explication qui sont compréhensibles pour les Israélites de son temps et pour nous. Jésus commente: “Samuel dit en apparaissant: ‘Pourquoi m’as-tu dérangé en me faisant appeler ? Pourquoi m’interroger alors que le Seigneur s’est retiré de vous ? Le Seigneur te traitera comme je te l’ai dit… parce que tu n’as pas obéi à la voix du Seigneur’”. “Fils, ne tends pas la main au fruit défendu. Même s’en approcher est imprudent. Ne soyez pas curieux de connaître l’au-delà de peur de ne pas apprendre le poison satanique. Fuyez l’occulte et l’inexplicable. Une seule chose doit être acceptée avec une sainte foi: Dieu. Mais ce que Dieu n’est pas, et qui ne peut être expliqué avec les forces de la raison et peut être créé avec les forces de l’homme, fuyez-le, fuyez-le, afin que les sources de malice ne s’ouvrent pas à vous et vous ne comprenez pas que vous êtes “nu”. Nu: répulsif à l’humanité mêlé de satanisme. Pourquoi voulez-vous émerveiller avec des merveilles sombres? Émerveillez-vous par votre sainteté, et qu’elle soit lumineuse comme une chose qui vient de Dieu. N’ayez pas envie de déchirer les voiles qui séparent les vivants des défunts. Ne dérangez pas le défunt. Écoutez-les, si vous êtes sages, tant qu’ils sont sur Terre, vénérez-les en leur obéissant même après la mort. Mais ne dérangez pas leur seconde vie. Celui qui n’obéit pas à la voix du Seigneur perd le Seigneur. Et le Seigneur a interdit l’occultisme, la nécromancie, le satanisme sous toutes ses formes. Que voulez-vous savoir de plus que ce que la Parole vous dit déjà? Que veux-tu faire de plus que ta bonté et ma puissance te permettent d’opérer ? N’aie pas faim de péché, mais de sainteté, fils” (Ev3 p. 219 – édition italienne).

L’histoire de Saül et David continue. Le lendemain, il y a une bataille à Gelboe: Israël est vaincu et Saul se suicide en étant abattu par l’un de ses soldats. David l’apprend trois jours plus tard, mais au lieu de chanter victoire pour la libération de son persécuteur, il pleure en faisant une complainte funèbre et en composant une chanson devenue légendaire. Cela commence ainsi: “Ô montagnes de Gelboe, plus de rosée ni de pluie sur vous, ni de champs de prémices, car ici le bouclier des héros a été dégradé, le bouclier de Saül, oint non d’huile, mais du sang des transpercé, avec la graisse des héros” (2Sam 1,21-22).

Jésus ajoute: “Le péché de Saul n’était qu’un de ses péchés. Il a été précédé et suivi par beaucoup d’autres. Tout sérieux. Double ingratitude envers Samuel qui l’oint roi puis disparaît pour ne pas partager l’admiration du peuple avec le roi. Ingrat plusieurs fois envers David qui le libère de Goliath, qui l’épargne dans la grotte d’Engaddi et d’Achila. Coupable de désobéissances multiples et de scandale parmi le peuple. Coupable d’avoir attristé Samuel son bienfaiteur en manquant à la charité. Coupable de jalousie et d’attentats contre David, son autre bienfaiteur, et enfin du crime commis ici [grotte de la sorcière d’Endor]” (Ev3 p. 217 – édition italienne). A tout cela, il faut ensuite ajouter l’acte final du suicide: Saul termine sa vie et son règne d’une manière similaire à celle de Judas Iscariot. Tous deux – Saül et Judas – n’acceptent même pas le pardon de Dieu, ils se punissent, mais ils ne se repentent pas devant le Seigneur.

La métaphore n’est pas inutile. Cela nous rappelle le fait évident mais non trivial ou superficiel de ne jamais imiter Saül en aucune circonstance de la vie. Le Ciel, à travers Maria Valtorta, nous suggère de suivre plutôt David qui, malgré les péchés commis, petits et grands – et en fait il en a aussi commis de grands! – il ne cesse de demander humblement pardon au Seigneur Unique.

0 commenti

Lascia un Commento

Vuoi partecipare alla discussione?
Sentitevi liberi di contribuire!

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.